DEMBA l’électricien

par Webmestre 2 de RESF78

Je suis originaire du Mali.
J’ai passé une partie de mon enfance dans un petit village.
Au décès de mon père, ma mère nous a amenés avec ma sœur à Bamako pour y trouver du travail.
Elle est tombée malade et a confié ma sœur à des personnes que je ne connaissais pas. Peu de temps après elle est décédée. Je suis allé à l’école durant quelques années.

J’ai 15 ans 1/2 et je suis orphelin et sans famille.

Je prends la décision d’aller en France pour étudier et apprendre un métier. J’avais le nom d’un compatriote de mon village qui vivait dans la région parisienne et je pensais pouvoir le retrouver.

Je quitte Bamako en Novembre 2012.
A pied, en bus, en barque, sous un camion j’ai traverse le Mali, la Mauritanie, le Sahara, le Maroc pour arriver à Algesiras, après avoir été enfermé dans un camp d’où je me suis évadé.
En Espagne je me suis réfugié dans une Église, j’ai été accueilli très chaleureusement et un prêtre m’a acheté un billet de train pour aller jusqu’à Paris.
Je n’ai pas retrouvé mon compatriote dans le 93 et il m’est conseillé d’aller rejoindre des Maliens qui vivent dans un Foyer de Travailleurs dans les Yvelines. Là non plus il n’y était pas. J’étais complètement perdu et sans abri.

C’est alors que je suis allé à la permanence CIMADE. Avec l’aide de cette association et du MRAP j’ai bénéficié d’une prise en charge et j’ai été confié à l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance) en Mars 2013.
A mes 18 ans j’ai obtenu un contrat jeune majeur de 6 mois.
J’étais hébergé, seul, à l’hôtel. Mais à la fin du contrat jeune majeur je suis à nouveau à la rue durant plusieurs mois et ensuite j’ai pu obtenir un hébergement plus stable par le 115..
L’accueil et l’aide des Restos du Cœur m’ont permis de surmonter bien des difficultés et de faire face à des besoins quotidiens.

C’est dans ces conditions que j’ai effectué ma scolarité et ma formation professionnelle.
Dès mon admission à l’ASE je suis accompagné au CIO. (Centre d’Information et d’Orientation) pour un bilan scolaire. J’obtiens une orientation dans une classe pour allophones et quelques temps après dans un lycée professionnel pour apprendre le métier d’électricien et j’obtiens le C.A.P. Le milieu enseignant a toujours été bienveillant et encourageant.
Depuis mon C.A.P. je travaille ce qui m’a permis durant une période, de loger dans un Foyer de Jeunes Travailleurs.

RESF, ainsi qu’un parrainage, m’ont aidé à obtenir les papiers. Les rencontres entre jeunes organisées par RESF m’ont apporté du soutien et crée aussi des liens amicaux.

Aujourd’hui j’ai construit une vie de famille et avec ma compagne nous avons un petit garçon. En janvier 2018 nous avons obtenu un logement et vivons maintenant normalement .

L’été 2017 je suis allé à Bamako.
J’ai eu beaucoup d’émotions, de la joie mais aussi j’étais triste en pensant à mon enfance , mon adolescence et à ma famille.
J’avais besoin de faire le point et de tourner la page.{}

La France est devenu mon pays . C’est grâce aux associations, aux enseignants, qui m’ont aidé et soutenu que j’ai pu surmonter les obstacles et les difficultés ; je les en remercie.
J’ai persévéré et suis fier d’en être arrivé là et d’avoir trouvé ma place dans la société.