Que sont-ils devenus ?

Ils ont migré en France, ils y ont été scolarisés, ils s’y sont installé. Le projet QUE SONT-ILS DEVENUS leur donne la parole quelques temps après. Leur témoignage sera régulièrement publié sur le site RESF 78.

Nous souhaitons ainsi donner un sens à ce que l’on affirme : ils sont une richesse pour notre pays !


Articles de cette rubrique

  • ARTUR, celui qui a retrouvé son identité

    par Webmestre 2 de RESF78

    Bonjour à toutes et à tous. Je m’appelle Artur, j’ai 26 ans et je suis de nationalité Arménienne. Je suis arrivé en France en avril 2008. Je vais vous raconter mon histoire un peu particulière.
    Le mont Ararat le symbole de l’Arménie
    En 2008 j’ai dû quitter (...)

  • KANVALY le menuisier

    par Webmestre 2 de RESF78

    Parti de mon pays à l’âge de 16 ans, emmené par mon frère sans savoir pourquoi et où j’allais... je suis devenu MENUISIER.
    Je m’appelle Kanvaly. Je suis originaire de Côte d’Ivoire.
    Six mois après un périple terrible, et la mort de mon grand frère en méditerranée, (...)

  • Pour Salif, le pain c’est la vie...

    par Webmestre 2 de RESF78

    Mon pays est en guerre.
    Quand l’armée française est intervenue au Mali en 2013, je n’avais pas 15 ans. Après l’Opération Serval qui devait mettre fin à l’occupation djihadiste, ce sont les militaires de l’ONU qui sont arrivés et les Français ont engagé (...)

  • Jie, analyste des risques financiers

    par Webmestre 2 de RESF78

    « Les études, c’est le chemin le plus facile pour réussir. » Anonyme
    Chers lecteurs,
    Dans un premier temps, je souhaite partager avec vous l’image et la citation ci-dessus qui illustrent bien ma croyance, que j’ai décidé d’offrir au RESF ainsi qu’aux lecteurs. (...)

  • Asaël : avocate des "enfants sorciers" du Congo

    par Webmestre 2 de RESF78

    Chaque semaine nous vous offrons le témoignage d’un "ancien". Notre objectif comme vous le savez est de montrer CE QU’ILS SONT DEVENUS ? Cette semaine, nous allons faire une exception. Nous donnons la parole à Asaël, mais il ne s’agit pas de lire son histoire, mais (...)