Des nouvelles du petit déjeuner à la SPDA à Limay

par Webmestre 2 de RESF78

Des nouvelles du petit déjeuner à la SPADA (Structure de Premier Accueil des Demandeurs d’Asile) à Limay, gérée par Coallia

Les premiers petits déjeuners organisés dans les Yvelines l’ont été au printemps 2016 à Limay lors de l’ouverture de la PADA, devenue SPADA : il y avait foule de Demandeurs d’Asile (DA) pour se faire enregistrer dans ce seul point d’entrée possible des Yvelines, loin de tout, dont le premier train du matin arrivait trop tardivement pour espérer être bien placé dans la file d’attente. Les DA sont alors arrivés la veille et dormaient sur place (même des femmes et de jeunes enfants…)

Des militants et le Secours Catholique local se sont organisés pour apporter chaque matin tôt un semblant d’humanité : des boissons chaudes et des vêtements chauds ou des couvertures…
Après des semaines très difficiles et une organisation différente de l’accueil, la PADA a trouvé un rythme de fonctionnement plus humain même si elle reste le seul point d’entrée des DA dans le 78 et qu’elle les « dispatche » ensuite dans toute l’Île-de-France, selon les disponibilités des autres préfectures (...pas très facile pour les tibétains du campement d’Achères) ; elle s’est organisée pour répartir enregistrements, domiciliation et courrier selon les jours et les heures.

« Nous offrons toujours le petit déjeuner chaque matin à la SPADA.
Et c’est très apprécié ! Et quel que soit le temps. Ils le prennent en arrivant, ou en ressortant. C’est un moment sympa où on échange avec eux, quand on n’a pas complètement la barrière de la langue. Mais il y a les sourires !
Ils sont entre 50 et 80, le lundi en tout cas. » Nicole B.

« Le mardi il y a beaucoup de monde, 35 rendez vous à la préfecture sont donnés dans une ambiance agréable, on doit au préalable appeler pour prendre rendez-vous donc il n’y a pas de bousculade.
Il y a une soixantaine de personnes, il y a aussi ceux qui viennent pour la domiciliation. Une bonne moitié est originaire d’Afrique. Certains viennent par l’Italie et par l’Espagne, ils sont confrontés aux accords de Dublin » Monique C.

« Il y a toujours une équipe pour les petits déjeuners. A la rentrée c’était un peu compliqué car plusieurs personnes ne pouvaient plus venir mais ils (elles) se sont réunis et ont trouvé des remplaçant(e)s. Il est toujours question que la plate forme déménage mais on ne sait pas quand ». Mike D.