Petit déjeuner à la file nocturne de la préfecture - Lundi 20 février 2017

(actualisé le ) par Webmestre de RESF78

Ce matin un peu moins de monde à 7h mais ensuite la file d’attente se densifie rapidement.

Donc 65 personnes à 7h, 97 à 7h30, 133 à 8h et 165 à 8h45.
Plusieurs ont dormi la nuit devant la préfecture. Cinq d’entre eux indiquent être venus à 21h ou 22h la veille, dans l’ordre un guinéen, un pakistanais, deux saharouis dont l’un est venu pour être remplacé par une membre de sa famille et un sénégalais. Un somalien nous indique qu’il est là depuis minuit. Le dixième arrivé à 5h est mauritanen. A noter que ce dernier ainsi que le sénégalais ne sont pas des réfugiés ; ce sont des anciens des collectifs de sans papiers qui viennent renouveler tôt leur récépissé de renouvellement de titre de séjour.

A plusieurs reprises l’atmosphère est éléctrique en tête par crainte de se faire doubler par des resquilleurs. Mais tout se passera dans le calme à l’entrée dans le hall.

Le contrôle de sécurité étant assuré par deux "vigiles" l’écoulement est plus fluide que la semaine passée, mais c’est tout de même long. Il faut 3/4 d’heure pour que les 160ème pénètrent dans le hall.

Au total 113 tickets asile sont distribués et seulement 100 sont attribués pour les récépissés "séjour". A 11h les quota sont atteints.

Tous les guichets fonctionnent. Comme d’habitude beaucoup de monde doivent attendre leur tour debout. A noter que les rendez-vous aes vpf et soins se situent ce jour vers le 20 juin, tandis que les aes salariés en sont à octobre.
A 11h, 570 personnes sont passées par le portique mais au moins 150 ont été contrôlées hors du portique.
 
Nous étions une bonne dizaine de bénévoles pour le petit déjeuner.

D.R.


Je rajoute que nous sommes restés plusieurs dans la préfecture : foule debout impressionnante mais on passe vite à certains guichets ; il y avait des militants d’autres associations.

Surtout, je voudrais signaler un guichet dévolu à "l’assignation à résidence" (guichet 11, par derrière) avec interprète en ligne pour expliquer en direct la décision d’expulsion de la préfecture, hier vers l’Italie : les "dublinés" ont 48h pour faire un recours, c’est vraiment peu de temps pour le faire.

C.D.