Communiqué n° 7 du 7 octobre 2010 de R O M Y V E L I N E S

PREMIÈRE VICTOIRE : la justice donne raison aux Roms contre la préfecture !

par Webmestre de RESF78

Fin août, la préfecture du 78 a promulgué de nombreux APRF (arrêté préfectoral de Reconduite à la Frontière) ou OQTF (obligation de Quitter le Territoire Français).

Le 20 août, plus de 80 policiers accompagnés de traducteurs, sont venus sur le terrain de Triel-Chanteloup pour remettre 4 APRF (Arrêté préfectoral de reconduite à la frontière) et 11 OQTF (Obligation de quitter le territoire français). (cf communiqué n° 3 du 26 août 2010.)

Certaines familles étant absentes, ils sont revenus Ce matin sur le camp des roms de la plaine de Triel/Chanteloup, la police est venue en nombre, accompagnée d’un interprète et de policier roumain pour délivrer 2 APRF (arrêté de reconduite à la frontière) sous 48h à un couple qui possède pourtant une carte d’autorisation de travail en Belgique. ( cf. communiqué du 1er octobre.)

Un recours contre les deux APRF a eu lieu ce mercredi 6 octobre.
La bonne nouvelle vient de tomber : annulation des deux arrêtés !

Espérons que cette première victoire ne sera que le début d’une série, car nous considérons que l’avalanche de ces procédures s’apparente à une expulsion collective déguisée...

Nul doute que cela sera au centre des discussion que l’on aura lors de notre rendez-vous en préfecture le mardi 12 octobre lorsque les familles roms, accompagnées du collectif, seront reçues par le Secrétaire général.

contacts : romyvelines@hotmail.fr
tel : 06 74 92 20 24 : Fabienne Lauret / 06 82 40 37 47 : Anne Laforgue

- Collectif de soutien aux familles roms de la plaine de Triel-Chanteloup,
membre du Collectif National Droits de l’Homme Romeurope.
- Association pour la scolarisation des enfants du voyage (ASEV),
- Association pour la Taxation des Transactions financières pour l’Aide aux Citoyens (ATTAC 78 nord)
- Confédération syndicale des Familles_Epône (CSF), Droit au Logement (DAL),
- Ligue des Droits de l’Homme (LDH),
- Le Nigloo en colère_Union Française des Associations Tsiganes (UFAT),
- Réseau Education sans Frontières (RESF),
- et des voisins solidaires.