Compte-rendu du rendez-vous en préfecture du 18/05/09 pour M. Matondo avec Madame Mouton, Directrice de la citoyenneté et des libertés publiques à la préfecture des Yvelines .

par Webmestre de RESF78

- De nombreux membres du comité de soutien de Houilles-Sartrouville présents ainsi que Christiane Levilly
- Une petite délégation acceptée par Madame Mouton : Nicole Murer (RESF Houilles) et Jacqueline Dagès (référente RESF 78). Madame Matondo (et leur plus jeune fils) accompagne son mari.
- Madame Mouton examine avec soin le dossier de Monsieur Matondo.

- D’abord à la recherche de plusieurs éléments :

— > Lui reste-t-il de la famille au Congo ? non

— > A-t-il déjà eu des démêlés avec la police ? non

— > A-t-il travaillé avec de faux papiers ? non
— > Comment atteste-t-il qu’il participe à l’éducation et à l’entretien de ses enfants ? aucune preuve car travaillant au noir, il n’a aucun salaire officiel, il ne bénéficie d’aucune prestation (sec soc, etc.) et ne peut rien déclarer aux impôts.

- Plusieurs documents contenus dans le dossier apporté par Nicole sont versés au dossier de la préfecture par Madame Mouton

Madame Mouton fait ressortir la difficulté d’instruire le dossier de régularisation « vie privée et familiale » sans la preuve que Monsieur Matondo participe à l’entretien de ses enfants. Elle préfèrerait instruire un dossier de régularisation par le travail. Mais comme l’actuel employeur de Monsieur Matondo ne donne pas de garanties en ce sens, nous insistons pour que dans un premier temps la régularisation pour « vie privée et familiale » soit examinée.

- Nous lui demandons s’il est possible d’annuler l’APRF du 93. Elle nous informe, au vu de notre insistance, qu’elle est entrée en contact avec le 93, que Monsieur Matondo ne risque rien tant que son dossier est en cours d’instruction mais que l’APRF ne sera pas levée pour le moment.

- Un rendez-vous est fixé à Monsieur Matondo pour le mois de septembre afin de remettre le dossier de régularisation « vie privée et familiale » qui lui est remis. Il lui est spécifié qu’il doit être scrupuleusement rempli, que seul le document original sera accepté ; en conséquence, prévoir des copies pour préparer le dossier.

- Ce rendez-vous doit annuler l’assignation à résidence d’ici un jour ou deux et le passeport de Monsieur Matondo, actuellement détenu par la préfecture du 93 a été réclamé par la préfecture des Yvelines qui le lui remettra.

- Au sortir de l’entretien la délégation retrouve le comité de soutien qui avait patiemment attendu.

- Une lueur d’espoir, donc, mais il y a encore beaucoup de travail à faire d’ici septembre pour étoffer le dossier.

Jacqueline Dagès